Auteur : Maud

Sortir du cadre

Sortir du cadre

Je te vois

Je m’avatardise, qu’on se le dise.

Il y a quelques temps je vous avais partagé un post sur « Poser ses désirs »

De ces désirs posés, dans un coin a émergé « Sort du cadre » et en y regardant de plus près, on pourrait penser « Sort du cadre »… à l’infini.

Et la magie de la vie a commencé à opérer.

25 ans que je cache mes yeux derrières des verres, histoire d’y voir plus clair. 25ans le regard limité par le cadre bien fermé de mes montures tant appréciées. Mais le désir fort depuis tout ce temps de mettre fin à ces œillères. Une première tentative il y a 20ans de sortir du cadre, tentative avortée par un déménagement, tentative renouvelée en ce début d’année 2018, à nouveau empêchée par un manque d’élan, puis la vie a insisté et sur le fil du rasoir, en un claquement de doigts, j’ai acté de peur de voir cette nouvelle occasion filer.

Sortir du cadre, c’est voir grand et clair, c’est pouvoir s’élancer à visage découvert vers la lumière, être soi, ne plus se cacher dans le brouillard, c’est pratique vous savez parfois le flou du regard quand on ne veut pas voir. Sortir du cadre de ses lunettes c’est ultra chouette, voir la vie autrement, porter sur soi un regard différent.

Mais sortir du cadre s’opère à la fois de façon bien plus expansée, un chemin entamé depuis quelques années. Sortir du cadre des limites qui m’habitent, dépasser les peurs, Oser être, ne plus paraître, se défaire des jugements, négocier avec l’égo délicatement.

Sortir du cadre, c’est faire des choix qui me correspondent et pas ceux qui répondent aux voeux d’une société aux mécaniques bien huilées.

Sortir du cadre, c’est me sentir profondément humaine, sans aucun territoire qui nous enchaîne. Faire tomber les frontières, un seul peuple, une seule terre.

Sortir du cadre, c’est arrêter de croire que je me limite à mon corps, et découvrir que notre âme a de merveilleux trésors, encore faut il lui parler pour qu’elle puisse nous les délivrer.

Sortir du cadre c’est explorer tous les mondes, toutes les réalités et acceptez qu’il n’est nul besoin de tout expliquer. On veut tout comprendre, tout décortiquer, laissez donc la magie vous envouter, laissez vous porter, faites confiance, c’est une belle délivrance.

Sortir du cadre, c’est réaliser qu’il n’y pas d’espace temps, que je suis la même qu’il y a 100000ans. Que nous sommes tous reliés, tous les règnes conjugués.

Sortir du cadre, c’est explorer l’infini en soi, la créativité et sa magie libèrent une grande foi. Nul besoin de répondre à la tradition académique, vous êtes un être fantastique.

Sortir du cadre, c’est faire place à plus de spiritualité, sans pour autant la tamponner de religiosité. Poussière d’étoiles que nous sommes, occupons l’espace infiniment grand de notre être, que l’univers en nous résonne.

La foi, c’est de croire avec une intensité hors du commun

que demain nous sortirons de tous les cadres

dans lesquels nous nous sommes enfermés, pour libérer

….notre puissante Humanité ♥

ps:  s’essayer au Vedic Art, lire les Enfants de la Terre, Libérer vos blocages émotionnels, prendre de la hauteurparler à son âme, aimer ses parts d’ombre…l’exploration est infinie…Bon voyage ♥

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

Débrider votre créativité

Débrider votre créativité

C’est un pur sang, soyez l’amazone, chevauchez votre créativité!

On entend son galop, il vient de loin, d’espaces indomptés, de terres inhabitées, des endroits de nous désertés. C’est un cheval fougueux, plein d’élan, une partie de vous un peu folle qui sommeille en dedans. Sortez la de l’enclos, offrez lui des espaces de liberté, accordez lui du temps et cet animal de feu quand vous l’aurez libéré vous dévoilera votre face cachée. La créativité, animal racé qui trépigne d’impatience. Sentez-vous cette puissance ? Chaleur sous la peau, elle donne le sang chaud, nous fait tourner en bourrique, bouillonne tant dans nos têtes que parfois on panique. Elle pousse à créer sous des formes diverses et variées, peu importe le terrain de jeu, elle doit s’exprimer pour peu à peu s’affirmer même si parfois elle nous étonne et nous désarçonne.

Elle est inconstante, habite nos nuits et les jours nous hante, puis repart dans le brouillard pour revenir un peu plus tard, de façon fulgurante ou timidement, pointe le bout de son nez. Elle est majestueuse, magique et merveilleuse, elle nous emmène dans des lieux inconnus, peut être parfois un peu saugrenus, nous transporte dans des régions de nous même que l’on découvre avec une curiosité extrême.

Elle ne respecte pas les codes, se moque bien des standards, la liberté est son étendard. Alezan à la crinière sauvage, regard noir et franc, il est tout sauf sage, il lit en nous les mystères, telle une vieille sorcière, il les pousse à la surface, que par nos pores, notre vraie nature prenne place. La chaleur de ses naseaux nous réconfortent l’âme, parce qu’il n’y a rien de plus beau, que cette élévation sans trame. Il prend toutes les couleurs car son coeur n’a pas d’état d’âme. On l’appellerait Pégase parce qu’il nous mène sur la voie de l’extase et que sur ses ailes nous nous rapprochons du ciel puis soudain, enfin libéré des carcans, il devient d’apparat pour nous faire toucher l’au delà.

N’ayons pas peur de l’approcher, cet animal vient nous révéler

et je crois bien que c’est de nous que nous allons enfanter.♥

ps: une fois n’est pas coutume, photo à la une source pixabay

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

Opération 0 déchet

Opération 0 déchet

Aude & Coquelic’Od

Je l’ai rencontrée aux Petites Pépites à St André de Cubzac, boutique de créateurs avec une 30aine d’exposants, où Aude effectuait sa permanence.

Ex parisienne devenue girondine, ex punk devenue Pin up tatouée, ex infirmière devenue prof, couturière à ses heures pour qui la danse sert d’exutoire, « Mlle 100millevolts » se laisse dicter sa vie au rythme de ses envies et prend les virages que celle-ci lui impose. Surtout, surtout, ne lui demander pas de se poser, vous la feriez paniquer!

La couture est arrivée par nécessité, d’abord pour faire des costumes puis pour ses robes de pin up (parce que ça coute cher!!!), ce grâce à sa chère maman qui avait eu la bonne idée de lui léguer quelques rudiments. L’écologie par conviction, « J’ai toujours fait attention à éteindre les lumières, chauffer peu « , le reste est arrivé au fil du temps naturellement.

Miss Coquelic’od (son nom de danseuse burlesque) traque le moindre bout de tissu du Relais de Gironde et troque avec les copines de créa couture pour obtenir leurs chutes. Entre ses mains rien ne se perd, le tissu devient collier, lingettes lavables, serviettes de table, sac à cake, essuie tout, sac à vrac, et même papier toilette!! si, si…

En bonne suite logique, la Miss s’est créé un atelier dans une caravane, repeinte en rose…on est girly ou ne l’est pas ?!

Maman de deux enfants, elle utilise TOUT ce qu’elle fabrique au quotidien et les ados adoptent la green attitude par habitude!

Et pendant qu’elle se bat avec ses maladies auto immunes qui lui font régulièrement des croches pieds et l’empêche de gambader, elle se prend à rêver à créer des évènements 100% écolo, car il en faut plus à cette amoureuse  de la vie pour l’empêcher de profiter.

Sa philosophie :  » Allez à l’essentiel, inutile de s’encombrer, faites ce que vous aimez »

Une interview entre deux tasses de thé qui s’est terminée à jouer à Blanc Mangé Coco… attention interdit au – de 18 ans ;).

Merci Aude de ton accueil…vitaminé♥


Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

La Perfection

La Perfection

Miss Perfect

perfection : État, qualité de ce qui est parfait (notamment dans le domaine moral et esthétique).
parfait : Qui est au plus haut, dans l’échelle des valeurs ; tel qu’on ne puisse rien concevoir de meilleur (perfection).
Connaissez vous Miss Perfect?
Petit bout de femme ordinaire, qui voue un véritable culte à la perfection et qui a la grande qualité d’être casse bonbon. D’une haute exigence, Miss Perfect, ne laisse jamais passer sa chance, de reprendre l’autre, de refaire derrière l’autre, tout cela en vue d’atteindre LA perfection, SA magnifique vision de la perfection. Lieu de vie magnifiquement rangé, bureau au cordeau, évier sans une goutte à trainer, pile de vêtements impeccablement repassés, Miss perfect est d’une exigence envers elle même et les autres qui ne laisse peu de place à la faute. D’une organisation sans faille, sur son passage tout le monde tressaille, un tantinet maniaque, on aurait juste envie de lui mettre des claques! Fais comme ci, pas comme ça, Miss Perfect est toujours là où tu n’es pas.
Miss Perfect, est d’une exigence extrême, elle veut un monde à son image, et impose aux autres le voyage.
Mais si là était la perfection, est ce que cela mettrait le monde en tension? Je crois bien que non…
Miss Perfect toujours lassée de devoir exiger, finit par lâcher prise car à toujours s’agiter, elle finissait par frôler la crise car dans ce monde nul n’est parfait et derrière les autres elle se fatiguait à modeler la vie comme ELLE le souhaitait.
Puis vint la révélation, Mlle Casse Bonbon choisit une nouvelle option, chemin faisant, elle décida de faire autrement et d’accepter l’imperfection. Fini les tonnes de repassage, peu importe les retards de ménage, la vaisselle à ranger peut bien patienter, car la vie dérange sans cesse et quoi qu’il arrive ne cesse et nous demande ainsi d’acquérir une certaine souplesse.
 Plus de rectitude, d’exigences brutes et rudes, de stressantes habitudes, finit la guerre à l’exactitude, place à la folie, aux multiples envies. Peu importe si le désordre traine un peu, demain sera un nouveau jour pour y répondre au mieux.
Miss Perfect  a compris que la perfection de la vie, n’est pas dans l’exigence à outrance, à (se) mettre la pression sans véritable raison. La perfection est ronde, et remplit ce monde, elle s’adapte sans cesse, et nos coeurs en reconnaissent la justesse. Elle est faite de méandres, et nous emmène parfois dans les extrêmes, n’allons pas nous y méprendre, c’est pour que nous réalisions par nous même, que l’imperfection est la perfection même.
« Perfectly imperfect » mon nouveau credo♥
 PS: Photo à la Une de Chandler Lee Photography, carte offerte en main propre par le photographe lui même lors dune expo à SF. La perfection de ce portail traditionnel japonais, des torii à perte de vue, à franchir et à refranchir, pour le plaisir de cheminer à travers l’innombrable.

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

Le plus beau cadeau

Le plus beau cadeau

…S’appelle Amour

On ne le trouve pas au pied du sapin, il est bien plus malin….

J’ai 80 et quelques ans, des milliers de cheveux blancs, la peau toute ridée, froissée par les années. J’ai l’âge où l’on oublie l’espace temps, une sérénité sans faille au dedans, j’ai été éprouvée par la vie et je savoure chaque instant, je suis la vieillesse et je regarde mon chemin avec sagesse.

-« Dis mamie c’est quoi le plus cadeau? »

« C’est l’amour mon enfant ».

-« Oui mais Mamie c’est quoi l’amour exactement? »

« Ô si tu savais mon enfant! L’amour c’est celui qui te regarde t’épanouir au fil du temps, qui te laisse t’envoler en toute liberté sans peur ni jugement. L’amour te porte, te donne confiance, t’encourage, te voit belle tout le temps, même quand tu es fatiguée, malade ou désappointée.

L’amour est une rivière, mon enfant, où tu bois chaque jour l’eau claire, celle qui te nourrit l’âme et le coeur, elle coule dans tes veines lentement, tu sens sa fraîcheur se diffuser longtemps. L’amour c’est un regard comme celui d’un enfant, rempli d’émerveillement, il se laisse surprendre à chaque instant, il voit en toi le pur diamant. Il n’est pas toujours très bavard, quoi qu’il en soit il n’est jamais avare, il t’offre la plénitude et chasse les habitudes.

L’amour, mon enfant, n’est pas regardant, il prend tout, le meilleur comme le pire, et les aime tout autant. L’amour est tolérance, jamais il n’utilise la violence, l’amour pardonne tout même si parfois il lui faut beaucoup de temps. L’amour se conjuge au présent, dans un sourire, une caresse, un regard de tendresse. L’amour n’a pas peur de tout affronter, parce qu’il sait la force de l’union sacrée, il sait que ses racines sont profondes, dans le sol bien ancrées et qu’il prend sa source à des milliers d’années. »

-« Mais Mamie pourquoi t’es tu parfois séparée?  »

« Parce que je me suis trompée mon enfant sur ce qu’est l’amour véritable, mais j’ai appris de toutes ces erreurs, mon enfant, ce qu’est l’amour inestimable. « 

-« Dis Mamie, comment on sait que c’est l’amour pour de vrai? »

« On le sent dans le fond de son âme, bien plus que dans son coeur. On voit l’autre au delà des apparences et sa multitude de couleurs, on voit la pépite cachée dans ses entrailles, l’Homme avec toutes ses failles. Laisse moi te dire qu’elles sont belles ses failles, quand tu apprends à les aimer, car elles dévoilent de l’autre sa grande part de luminosité, plus tu les aimes, plus l’autre rayonne de beauté et trouve la paix dans un océan de sérénité. »

« C’est joli Mamie ce que tu dis »

« Ce n’est pas joli mon enfant, c’est la vérité, c’est ce qui m’est arrivé. Il m’a fallu longtemps cheminer mon enfant pour reconnaître ce sentiment. Je suis tombée bien souvent, les genoux égratignés, le coeur en papier mâché, mais quand tu es devant l’amour mon enfant, jamais tu ne doutes, quelque chose au fond de toi, dans ton ventre, reste là têtu comme une bourrique…c’est lui mon enfant, tu le reconnaitras.

Mais sais tu mon enfant, quel est le plus grand secret?

C’est celui de t’aimer d’abord toi tel que tu es et alors tu verras que l’amour, autour de toi, sera Roi. »

To the one I love…♥

 Tous mes voeux d’AMOUR pour cette nouvelle année

PS: Petit clin d’oeil à Monsieur Prévert « Cet Amour » poème qui me suit depuis le collège.

Photo à la une, mon arrière grand mère Cécile – copyright X.Richou

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

Ma part d’ombre

Ma part d’ombre

version vocale voir tout en bas

Etalée sur le mur comme une éclaboussure, gît ma part d’ombre. Tristement assise, accoudée à attendre d’être enfin acceptée, elle est là, seule, à me contempler.  « Ne vois tu donc rien ? » me dit elle, « Comment toutes tes blessures te rendent belle, toutes tes tristesses sur tes joues que tu auras enfin laisser couler, en diamant  vont se transformer, toutes tes colères inexprimées, une fois criées à la voie lactée, tu pourras les chanter le coeur léger, toutes les peurs que tu auras affrontées te donneront un courage décuplé.

Mais non, toi tu attends là à ne vouloir voir que la lumière, me fuyant comme une vulgaire poussière alors que je suis celle qui te fera devenir celle que tu as tant espérée. Je suis ta part d’ombre et quand tu m’auras épousée, nous pourrons toi et moi danser, au lieu d’être là dos à dos à nous ignorer. Moi courant derrière toi, te rattrapant parfois un peu violemment et toi toute retournée de ne pas m’avoir vue arrivée, mais je ne te quitte jamais tu sais, la vie sans moi n’aurait plus de sens crois moi.

Prends moi la main, je ne suis pas le diable, que des parts de toi inestimables, je t’emmène dans les eaux profondes, dans les cavités obscures, vers les endroits de toi insondés pour que par la lumière tu sois émerveillée.

Enfin quand nous aurons fait amie-amie, ma chérie, quand tous ces lieux seront connus de toi et de toi seule, tu te rendras compte de ta perfection, que tout est sublimement juste et que dans ces endroits reculés où tu auras bien voulu semer un peu d’amour, naitra un subtile équilibre, où les émotions ne seront plus démesurées mais bien appropriées.

Plus de coeur qui s’enflamme de rage, plus de peur qui te laissent là pétrifiée, plus de tristesse qui te laisse l’âme ravagée, non, ton monde sera devenu douceur, plat épicé, sucré salé, ta vie sera gourmandise à souhait, tu n’auras qu’à te délecter. Oh bien entendu tu ne seras pas à l’abri peut être de quelques brèves tempêtes, mais tu sauras au fond de toi réunir les hauts et les bas, pour en faire de vertes prairies où tu pourras t’allonger comme dans un lit, le coeur en paix, de te connaitre à l’imparfait. »

A nos parts d’ombre ♥

ps: Pour ceux qui voudraient le son, cliquez sur ce lien  Ma Part d’Ombre

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

Miroir mon beau miroir

Miroir mon beau miroir

Conte du Solstice d’hiver

Pour la version vocale voir tout en bas

Il était une fois, une jeune femme, dont la vie comme celle de beaucoup d’autres avait été chahutée, et croyait que tout ce qui lui arrivait était un fait de l ‘extérieur, mon dieu mais quelle erreur!

Boxeuse invétérée, elle passait donc son temps à lutter, à se battre contre les évènements, pensant que tout n’était que combat et qu’au bout serait le bonheur évidemment.

Puis l’existence lui offrit un magnifique cadeau, celui d’une parenthèse enchantée, dans un pays où la nature est démesurée, et où l’humain redevient nain. Elle mit donc à profit ce temps suspendu pour s’émerveiller de tout ce que la vie lui servait sur un plateau. Des couchers de soleil éclatants, des horizons verdoyants, des forêts majestueuses, des océans tonitruants, des cascades vertigineuses, des oiseaux rares, un silence en or, des fleurs à profusion, que de présents merveilleux pour qui sait ouvrir les yeux.

C’est alors que ce joli papillon en souffrance au fond de son cocon, pourtant si sécurisant, se mit à bouger. Une étincelle intérieurement venait de se raviver et lui donnait l’envie de frétiller. La jeune femme de sa chrysalide voulut se libérer mais il n’était pas si simple de tout ce poids se débarrasser, celui des années, des croyances, des colères ressassées, des doutes et des peurs tentait de l’en empêcher.

Mais la jeune femme trouva des consoeurs pour l’encourager, des femmes en chemin vers la liberté,  un boulevard empreint de féminité, que dis je? Une voie royale toute tracée.

Dans cette ascension lente, faite de déchirures et de purs moments de vérité, une lumière se mit à briller et c’est vers cette lueur que la jeune femme commença à se hisser. Elle quitta sa grande timidité et tendit les bras vers l’au delà, doucement vers le ciel elle s’étira. Pas après pas, elle goutait la joie d’être apaisée, de trouver la plénitude, de vivre en toute sérénité, sans la moindre inquiétude, un état de grâce que nul ne devrait ignorer.

Il est long le chemin pour déployer ses ailes, comment conserver cet état d’être sans se faire aspirer par la spirale infernale de la quotidienneté se dit elle? Car elle était désormais rentrée en pays natal, bien loin de la grandeur qui lui avait offert sa métamorphose et lui permettait aujourd’hui d’avoir un regard neuf sur les choses. Ce n’est qu’une question d’attitude pensa t elle, voilà le chemin vers la béatitude, convoquer l’instant présent et naître à soi éternellement.

Une fois conscientisé le parcours n’en fut que plus aisé, l’existence amena sur son chemin des tas d’expériences pour continuer d’explorer ce passage vers la lumière qu’elle avait enfin trouvé. Tout se passait divinement, elle était accompagnée concrètement. La vie la guidait avec talent pour accomplir sa mission ouvertement.

C’est ainsi qu’elle comprit le plus beau mystère de la création, et déploya ses ailes de papillon. Nul besoin de lutter, tout n’est que miroir pour nous initier. Tout n’est que reflet, le beau comme le mauvais, que nos mondes intérieurs se dévoilent à l’extérieur et que c’est en nous que réside le grand tout. Quand enfin tu parviens à tout observer, sans être dans ton coeur affecté, mais qu’au fond de celui-ci nait un souffle de bonté, qui permet de t’accepter tel que tu es, alors tu peux enfin ouvrir les bras vers l’infini et y serrez les autres, comme dans un nid. Désormais tu peux accueillir le meilleur comme le pire parce qu’il y a quelque part en soi l’immuable évidence, celle de s’être enfin trouvé, quelle chance! Elle n’avait plus peur car chaque jour elle avançait découvrant enfin sa vraie valeur.

Dans cette osmose, naissait une énergie teintée de rose, qui prenait racine entre le ciel et la terre, son corps tel un cathéter pour nourrir à l’infini le cycle de la vie.

Joyeux solstice d’hiver les amis ♥

 

 ps: Pour ceux qui voudraient le son, Cliquez sur le lien suivant :

Miroir, mon beau miroir

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

De bois et de métal

De bois et de métal

Droop’s design, l’art brut

Vous connaissez l’homme en noir? Le Dark Vador de la Ferronnerie? Non? Je vous présente Pascal Cougouille, l’artisan d’art qui se cache derrière Droop’s Design. Homme mystérieux dont se dégage une force tranquille, les deux pieds bien ancrés, avec ses mains de ferronnier, Pascal assouplit le métal et creuse le bois pour mieux les assembler en des créations un brin typées. A vocation décoratives, elles auront toutes une utilité, celle de vous éclairer (lampes), de vous chauffer (foyers), de vous accompagner (Mobilier) ou bien de vous faire manger (BBq). Chaque oeuvre a une âme empreinte d’exotisme, d’ethnicité, faisant référence au passé, ou bien un thème bien inspiré, quoi qu’il en soit on sent que l’artiste a quelque chose à nous raconter.

Maître pendule auprès des arbres cherchait de quoi façonner des objets pétris d’authenticité. Il leur donnait amour et mettait du divin autour pour que la force de la nature sous ces jolis courbures vibre des ondes qui ondulent à travers tous les mondes. Des bois précieux, du plus tendre au plus vieux, parfois arbres multicentenaires, Pascal choisit celui qui convient le mieux et modèle des objets qui nous sont précieux.

Merci grand sage ♥

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

L’art naïf

L’art naïf

Le nouveau Douanier Rousseau…David Lavo

Toiles colorées aux tons harmonieusement assemblés, oeuvres où naviguent un doux parfum d’enfance. Tout est dans le détail, le dessin vous embarque vers un ailleurs empreint de candeur. Un univers plein de gaité qui scied à mon besoin de lumière, de couleur, de chaleur et qui vient titiller la petite fille qui devant ces toiles ne cesse de s’émerveiller. Ô Joie, que ce monde multicolore qui déchire la grisaille de l’hiver et enchante toutes les saisons.

Que dire de l’homme, artiste jusqu’au bout des ongles, qui dédie sa vie à ses toiles, en recherche perpétuelle d’inspiration qu’il trouve dans les voyages et depuis quelques temps dans les collages. Fait de l’humour souvent, il n’y a qu’à regarder les titres donnés à ses peintures et de la politique de temps en temps. Un homme plein de simplicité, que jamais au bout d’un 06 vous ne pourrez contacter. L’artiste vit dans son atelier, en haut d’un l’escalier et à la lumière du ciel bordelais, il peint inlassablement pour mettre du beau sur nos murs et nous offre à chaque création une nouvelle aventure.

Craquez c’est beau, c’est un Lavo♥

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

Dessert coco mangue

Dessert coco mangue

« Le JB’s »

un peu d’exotisme pour les fêtes

J’ai un problème, depuis que j’ai mis une cuillère de ce dessert dans ma bouche, mon corps le réclame…suis carrément fan. Il est d’une simplicité extrême, délicieux à souhait, à peine sucré, invite l’exotisme à table, aussi bon en hiver qu’en été, bref je crois bien que c’est mon préféré!

Ingrédients:

Lait de coco 250ml

1 mangue bien mûre

Des graines de chia

Sirop d’agave ou miel ou sucre complet

Dans un bol, verser la brique de lait de coco puis mélanger une bonne cuillère à soupe de graines de chia, voire deux. Laisser reposer au frais dans le réfrigérateur pendant 12heures. Ensuite peler votre mangue et couper la en petits morceaux que vous venez mélanger au lait, ajouter une rasade de sirop d’agave. Servez dans des ramequins bien présentés, voilà c’est prêt! Easy 😉

Régalez vous, bande de voyous (pour la rime!) ♥

ps: merci JB!

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?