Big Trees

Big Trees

Bienvenue au pays des Géants…

Fille et petite fille de charpentier, j’ai dans mes souvenirs d’enfance des parfums de sciures, fragrance chargée de nature, constellations de poussières de bois sur le bleu de mon cher papa. Aujourd’hui quand je croise en chemin, cette familière odeur, j’en ai le coeur qui pétille de bonheur, le bois cette matière chaude et généreuse, dont on ne peut que tomber amoureuse. Arbre millénaire, trait d’union entre ciel et terre, je sens en caressant ton écorce d’où vient ta force, que tu puises en tes racines, l’énergie que je devine. Se confronter aux géants, c’est aussi se confronter au temps, petit grain de poussière que je suis dans cet univers. Te serrer dans mes bras, c’est parler quelques minutes avec toi, prendre un peu de ta sagesse, pour nourrir demain mes promesses, de respecter à mon échelle, celle que je trouve si belle, la terre nourricière qui nous est si chère. Ce jour au milieu des rois, pères et mères des bois, je prends dans les narines en avançant sur les sentiers, cette senteur divine, sève, terre et chaleur mêlées et c’est comme ci sans le savoir, ils m’emportaient un peu dans leur histoire.

Cavaleras Big Trees State Park, rien à voir avec la forêt enchantée qu’est Muir Woods, cette forêt de la Sierra Nevada est le terreau de Sequoias à la taille démesurée, 300 pieds de haut 33 de large et comporte des arbres parmi les plus gros et grands de la planète, certains pouvant avoir jusqu’à 3500ans. Parc scindé en deux, nous commençons par North Grove, accessible dès l’entrée après le péage (10$) où un sentier de 2,5 miles permet de naviguer entre les géants. Territoire découvert il y a plus de 10000 ans par les puples indigènes, ce sont les européens qui en ont porté la connaissance au monde.

Le clou du spectacle, c’était encore il y a peu,  Pioneer Cabin Tree, mais le vieil homme de plus de 2000ans s’est effondré en Janvier 2017, victime d’une forte tempête. Admiré pendant des années par des millions de visiteurs du monde entier qui sont passés en son coeur, aujourd’hui il gît au sol et nous passons à ses pieds.

Non loin de là en déambulant sur les sentiers nous découvrons Mother of the forest, être sacrifié, symbole de l’avidité et du manque de considération. Il a fallu sa perte pour que ce site devienne une zone protégée. En 1854, celle qui porte ce nom grâce à sa beauté et sa taille est dépouillée de son écorce pour enrichir une une exposition à New York et Londres. Condamnée comme étant une tragédie botanique et un acte de vandalisme, il fallu cet évènement pour qu’une sensibilisation accrue à la protection de ces grands arbres soit née et que le site soit protégé en 1931.

A quelques pas de Mother, est allongé sur le sol Father of the forest, il l’était bien avant la découverte de North Grove et fait l’objet favori des photographes depuis plus d’un siècle. Pour vous donner une échelle, pas d’autre moyen que de mettre un humain à son pied, nous pénétrons au coeur de cet arbre mort et remontons le tronc de ce redwood (photo à la une), alors que je me tiens debout, haute de mes 1,70, je mesure ce que signifie être un géant.

8 miles plus bas est South Grove, moins fréquenté, plus tranquille, plus sauvage et en pleine réserve naturelle…on avance avec le secret espoir, de croiser un ours noir, avec la trouille aux fesses, Oh my goodness!

Miss Cairn serais tu passée par là???

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *