Le Crabe

Le Crabe

Belle métaphore que cette petite bête qui marche de travers pour évoquer ce foutu cancer.

Je suis grande guerrière, du bout de mes doigts avec la terre je peins mon visage quand c’est nécessaire car en moi vit le feu de l’univers, bien plus puissant que la lame et le fer. Nous faisons partis d’un tout, bien plus grand que nous et c’est au creux de soi qu’on trouve l’énergie de l’au delà.

Depuis quelques temps, plus le temps passe et plus j’en apprends…un puis deux puis trois puis quatre puis cinq êtres touchés par la sale bête comme désignés par la foudre, vous demandant d’en découdre.

Je regarde la situation avec 24ans de recul, regard de la leucémique sortie de sa bulle, 6 mois enfermée, 6 mois à redécouvrir le monde comme je ne l’avais jamais regardé. Malgré le constat que la médecine ait bien avancé, le crabe lui continue de grignoter.

Mais voilà face au destin, nous n’empruntons pas tous le même chemin, nous réagissons chacun selon notre personnalité, notre histoire passée. Pourtant j’ai envie de te dire avec l’immense désir de voir chacun guérir comme une ultime prière que je lance à l’univers, ce qui s’est passé dans mon être, malgré les souffrances et les envies parfois de disparaître que la route qui s’avance va te rapprocher de ton essence à grandes enjambées et tu découvriras en toi le vrai guerrier.

J’ai écouté ma peur et c’est au milieu d’un immense brouillard, qu’elle m’a appris à écouter mon instinct sans le savoir.

La Peur, on la reconnait bien, elle arrive à petits pas et vient se loger doucement dans l’antre, au creux de nos ventres. Je l’ai reconnue au loin, elle a toqué à ma porte un beau matin. Elle n’est pas née à la lueur du diagnostic, elle est arrivée bien avant dans le fond de mes tripes, à la vue des symptômes, mes jolis hématomes. Je sentais bien dans chaque particule de mon corps le douloureux frisson de la peur. Je pressentais le danger, mon sixième sens en train de m’alerter tel un animal sentant l’inévitable arriver. Mon intuition guidait mes actions, alors que mon esprit tournait en boucle sur ces bleus inexpliqués, je savais que c’était de l’aide qu’il me fallait trouver. Elle était là la peur, logée dans mon ventre, m’empêchant de raisonner, débarquant au milieu de la nuit en cauchemar, comme un animal sauvage tapit dans le noir.

Une fois prise en main, consultée par un médecin, la peur s’est envolée, j’avais déposer ma confiance dans ses mains, je remettais à ce sachant mon destin, je n’avais alors plus de raison de m’inquiéter pour demain. Il en fût de même quand on m’emmena en catastrophe aux urgences, sans qu’on m’explique le pourquoi de ce vent de panique. Je me suis seulement sentie portée, je me sentais bien entourée. J’étais désormais en sécurité dans ce lieu aseptisé, les pros pouvaient s’inquiéter pour mon cas, ma foi, j’avais atterri là pour ça. Je n’avais qu’à me laisser porter au fil de l’eau, le monde médical ferait ce qu’il faut. Quoi qu’il en soit avais je vraiment le choix? La maladie est sans foi ni loi, n’est ce pas?

La maladie est un grand déstabilisateur qui te fait perdre tous tes repères et met en exergue tes frayeurs. Un obus qui éclate sur tous les membres de la famille, une véritable onde de choc qui à des kilomètres à la ronde s’éparpille. J’avoue avoir été tellement centrée sur ce qui était en train de m’arriver que je ne me suis jamais vraiment souciée des dommages collatéraux engendrés. Mea culpa je l’ai réalisé il n’y a pas si longtemps que ça, à la lueur de « Moi on ne m’a jamais demandé comment j’allais » de Marie Fugain, j’ai pu projeté ce qu’avait sans doute vécu mon frangin. Mon devoir était alors de rassembler toute mon énergie à lutter pour la vie, de bâtir une force intérieure où je puiserai les jours de pas de bonheur, une armure prête à encaisser les blessures.

Guerrière au fichu sacré caractère surement hérité de mes arrières, je n’ai pas toujours respecté les consignes médicales, je me suis parfois mise à mal mais je n’ai jamais mesuré ou voulu tenir compte du danger, c’est sans doute quelque part ce qui m’aura sauvé. Je ne me suis pas fait de plan sur la comète, ni extrapolé quoi que ce soit pour être honnête, pas de scénario catastrophe, j’étais juste mise pour quelques temps sur off. Je n’ai jamais ressenti plus loin que l’instant présent et c’était déjà bien suffisant. J’étais là, enfermée entre quatre murs et je n’avais que mon esprit pour gambader en pleine nature.

J’ai nourri l’énergie du volcan que j’abrite, j’ai envoyé mes doutes d’une flèche en orbite et j’ai tracé ma route, avançant coute que coute.

 Ce n’est que quelques jours plus tard, alors qu’on me piquait au milieu de la nuit jusqu’à qu’on ne puisse plus y voir, alors que mes bras jusqu’au bout de mes doigts étaient devenus bien noirs, les veines ayant cédé à chaque ponction de sang réitéré, que le verdict a fini par tomber: Leucémie aigüe. Une annonce à 40°de fièvre, avec au fond de la mémoire, Yann 18 ans décédé l’année écoulée de ce mal qu’il n’avait pu terrasser. Au bruit de ces mots qui s’incrustent en moi, comme on brulerait ma peau, mon mental surgit : « lui il est parti mais moi je resterai ici », et je signe alors ce protocole d’accord pour tester sur mon corps un traitement venant des Etats-Unis, mon épée contre la maladie.

Cet instant est resté figé dans ma mémoire, il est photographique, ce fût quelque chose d’absolument magique : j’avais décidé. Je me positionnais en maître du jeu, je me battrai au mieux, j’avais compris que mon physique allait devoir encaisser mais que mon pouvoir était dans mes pensées. Je n’ai jamais envisagé d’abandonner,  j’avais une vie que je venais à peine de commencer, je n’ai jamais pensé au pire, j’étais capitaine du navire. L’optimisme était affûté, c’est la règle à laquelle je ne devais pas déroger.

Lorsque vous êtes dans le doute, restez calme,et attendez ;

 Lorsque le doute aura disparu, alors allez de l’avant avec courage.

Tant que la brume vous enveloppera, attendez ;

 Attendez jusqu’à ce que le soleil pénètre à travers la brume et la dissipe ;

 Car c’est ce qu’il fera.  Ensuite, agissez avec courage.

Chef Ponca Aigle Blanc

Le mental c’est capital, bien plus fort que cela je dirais même vital. Il permet de ne pas se laisser emprisonner par le mal, c’est la clé pour ne pas se désaxer de notre volonté de guerrier. J’ai été sauvé par les miens, par l’amitié, par les copains, par la tribu à laquelle j’appartiens. Dans ma bulle de verre, ma bulle d’enfer, les rires et les larmes ont été les plus forts, des partages sans état d’âme pour mettre le mal à mort.

J’ai été étonnée de tant de présence, je n’imaginais pas tout ce soutien je pense, je n’avais pas pris la mesure de l’amour porté, j’ai pris une bonne claque, elle m’a galvanisée.

A toutes les occasions j’ai choisi de ne pas subir, comme me raser la tête avant le pire, j’étais Cheyenne, j’étais Comanche, la tête nue je devenais celle qui prendrait sa revanche.

Les cheveux pour la femme, c’est un bien précieux, mais ce n’est qu’un mauvais moment à passer, d’une façon ou d’une autre ils finissent bien par repousser. D’expérience je dirais que ce n’est pas le plus dur à encaisser,  bien plus lourd est le regard des autres à supporter, je me suis sentie parfois telle une alien et plutôt que de nourrir la haine, cela n’a fait que décupler mon envie de batailler.

Je vous rassure, malgré la bravoure, il y a eu des mers d’orage quand  je me sentais fauve en cage, des moments de torpeurs, des journées qui avaient le goût de la douleur. J’ai supporté des souffrances physiques parce que pas le temps d’un anesthésiant chimique, y avait juste un peu de glace pour préparer la place, une bonne main innocente à écraser, pour t’aider l’insupportable à supporter.

Mais au bout du compte, après les années passées, ce n’est pas cette douleur là qui reste dans les souvenirs, c’est la peine d’avoir entendu les copains de chambrée souffrir, ceux qu’on désespère de ne pouvoir consoler, eux que je n’aurais finalement jamais croisé, quand les larmes passaient les murs, les peurs sortant par les vomissures, d’hommes et de femmes que la nuit rien ne rassure.

J’avais surement l’avantage de l’innocence, d’une gamine à peine sortie de l’enfance, je n’ai jamais été en panique, pas vécu de comédie tragique. Mais j’ai eu des coups de colères d’être enfermée à ne savoir que faire, de voir mes cheveux fraichement repousser à nouveau tomber à terre mais je ne me suis jamais avouée vaincue, tel un boxer un transe, je tiendrai l’adversaire à distance, j’étais bien décidé à lui faire mordre la poussière à ce foutu cancer.

J’ai appris à mettre ma pudeur au placard, quand paralysée quelques temps dans mon lit condamnée à l’isoloir, une jeune femme à la douceur infime, vint me faire ma toilette intime. C’était sans compter que cette impossibilité de bouger, allait me voir obligée, de me retrouver avec une bassine sous les fesses pour qu’à faire mes besoins en public je m’abaisse. Ce ne fût qu’une parenthèse, mais je n’en retire aucun malaise, elle m’a appris l’humilité et qu’on comptait dans ce monde des gens plein d’humanité.

Cher Jedi du monde réel, je viens te faire un aveu où tu puiseras des jours heureux,  je t’assure que la force est en toi, je te vois sourire où que tu sois, mais je t’affirme que c’est la vérité crois moi. Tu le sais quand tu respires, c’est ce qui fait de toi cet être en devenir.

Mon esprit avait soif de nature pour passer outre les blessures

L’homme à une capacité à encaisser bien plus qu’il ne le prétend. Il est doué d’une formidable capacité de résilience, c’est d’ailleurs là que réside notre chance, nous sommes tous un peu magiques, nous sommes doués de dons magnifiques et la maladie telle un révélateur vient nous dévoiler notre grande valeur. On a tous cette aptitude à conquérir, quand on écoute du fond de soi ses plus chers désirs. Au plus dur de cet enfer, j’ai toujours voulu voir la mer, dans les quatre murs de ma prison, mon plus grand souhait était de voir à nouveau l’horizon. J’avais besoin de cette force naturelle, de l’océan comme une passerelle, pour aller puiser l’énergie qui permettrait de me maintenir en vie.

Je me souviens de la femme en traitement dans la chambre suivant la mienne, femme que je n’ai jamais vu mais qu’à cela ne tienne, je l’entendais parfois gémir la nuit, à l’heure où le silence ne fait pas de bruit. Cette femme avait perdu espoir, seule dans la nuit noire, elle pleurait son désespoir. Elle avait baissé les bras sans doute fatiguée jour après jour de lutter, épuisée par la chimio qui vous met parfois ko. Les traitements jusque là avaient eu un effet bénéfique tant que son mental n’avait pas pris une pente tragique, il fallait impérativement pour l’équipe médicale qu’elle traque à nouveau le mal. C’est fifty/fifty m’ont ils dit, il faut qu’elle retrouve sa détermination pour remettre les traitements sur la ligne de front.

J’avoue j’avais des infirmiers et aides soignants en or qui m’ont donnée des coups de pieds aux fesses bien indolores. Ils m’ont obligée à sortir du lit, surtout quand j’en avais pas envie. J’avais beau sortir mon badge de malade, y avait pas moyen que je les balade. Ils m’ont même collée des altères dans les mains pour que je m’oblige à stimuler mon corps pour mon bien.

J’ai pris bien souvent la clé des champs, grâce à la musique comme un voyage fantastique, un moyen de me transporter hors de ce lieu où j’étais enfermée. Je m’envolais dans le bleu, « Belle ile en mer » tombait des cieux, j’étais pas fan de Voulzy mais je l’appréciais les jours de pluie.

Nous portons tous dans nos valises, nos lots de cicatrices qu’on se le dise, mais si c’était à refaire, je chercherais un soutien psychologique adapté pour déverser tous les moments traversés. c’est la grande nouveauté d’aujourd’hui, cet environnement qui accompagne la maladie et c’est une véritable opportunité, à ne pas négliger.

Guerrier, parfois la vie t’oblige à durement te confronter, et surtout à toi même comme un challenge suprême. C’est alors que tu bâtis cette merveilleuse coiffe qui te grandit et fera de toi un grand chef, plein de sagesse, car jour après jour, la vie te demande de faire preuve de compassion et de bravoure, et pas après pas tu gagnes la plume d’aigle qui t’ornera. Parce que l’aigle peut voler bien plus haut que les autres oiseaux et voir bien plus loin que n’importe quel humain.

Dans ces sales moments que peut être tu traverses, malgré les doutes surement qui se déversent, n’oublie pas que c’est toi le boss quitte à passer pour un sale gosse 😉 ♥

« Le Boss » By Peg inspiré par Noé Two

 

Vous aimez cet article ? Alors recommandez le :


Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?
1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (3 votes, moyenne: 3,67 out of 5)
Loading...

5 réactions au sujet de « Le Crabe »

  1. Texte très émouvant Maud, c est formidable de pouvoir aujourd’hui raconter ton histoire. Tu étais si jeune, on ne pouvait imaginer ce que tu devais endurer, bravo pour ta force et ta persévérance. Tu as une très belle plume, j ai toujours plaisir à lire tes articles. Continue dans la voie de l écriture, tu es sur un bon chemin.
    Bisous

  2. Tes mots racontent avec tellement de justesse et nous rappellent qu’il y a des réponses enfouies et insoupçonnées au fond de toute cette noirceur morbide. Ça raisonne loin et c’est généreux de partager pour ceux qui sont aux aguets de la moindre étincelle d’optimisme. Et comme tu le dis si bien, c’est aussi dans sa tribu qu’on puise la force de creuser…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *