Pink Ladies

Pink Ladies

Un titre, deux Sujets, un livre ….suivez le fil

WOMEN’S MARCH 21/01/2017 San Francisco

Nous étions l’Océan…

Nous sommes parties Nikon au poing, armées de notre enthousiasme pour partager ce moment, avec un peu de Pink en nous, fil conducteur de cette manifestation féminine. On attend à l’arrêt de bus, avec quelques américaines à nos côtés, l’une avec sa pancarte « LOVE trumps HATE ». Je lui explique que je suis française et que je ne suis pas sûre de bien comprendre, elle m’explique que c’est un jeu de mots , que « to trump » veut dire « l’emporter sur ». Mon parapluie rose sous le bras, me voilà grimpée dans le Muni, Ligne L, déjà bondée, remplie de femmes de tous âges, de tous horizons…arrêt programmé Civic Center, rdv 15h.

On s’est faites embarquées dans le flot, ce grand raz de marée humain qui sorti de la bouche de métro est allé se coller-serrer sur la place face au majestueux Town Hall. Me voilà flanquée d’un drag queen à ma droite, de jeunettes à gauche, de mamies devant…toute la diversité de San Francisco est là et on s’y sent définitivement comme une particule d’un Tout bigarré, un mouvement 100% human.

ça et là pointent les fameux bonnets roses, le signe de reconnaissance, à défaut, la pluie tombant, je déploie mon merveilleux parapluie rose …j’en suis. On écoute d’une oreille attentive le discours des femmes qui défilent sur le podium, une mère, une étudiante, une artiste…et pour que tout le monde comprenne, une femme fait la traduction en langage des signes.

Hier c’était l’investiture de Trump, et on sent bien que ça coince, la pilule reste en travers, impossible à avaler. Comme nous disait notre voisin « jamais, jamais je n’aurais cru qu’il allait passer »  et de nous demander si Le Pen avait des chances chez nous en France et nous de répondre « mais non, jamais! »

J’ai quarante et quelques poussières et je ne comprends que maintenant mon intérêt d’être là…ça prend parfois du temps de prendre la mesure des choses. Et à ma fille de lui expliquer que si je vais à cette marche, c’est parce qu’elle a la chance d’aller à l’école et que des femmes se battent encore à travers le monde pour ça, et que son éducation lui donnera un métier, le droit de dire non, le droit de choisir sa vie, tout simplement.

Extrait de « Et tu trouveras le trésor qui dort en toi » L.Gounelle

Alors nous avons défilé sous la pluie jusqu’après la nuit tombée au milieu des buildings illuminés, en scandant des  « Equal rights! Equal rights! » et des « Donald Trump has got to go! hey hey! ho ho! »…en se disant qu’il fallait que le monde change.

 

PINK LADIES: Je suis timide mais je me soigne

100% human, 100% Pink Ladies, je suis de celles là…de celles qui rosissent pour ne pas dire rougissent.

ça vous dit quelque chose??? Parce que dans ma carrière de rosisseuse, j’en ai pas croisé beaucoup des collègues!

42 ans et ça m’arrive encore…à croire que ça ne te lâche pas d’une semelle ce truc là mais comme dirait l’autre « je suis timide mais je me soigne! »

D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours rougi. Dans mon enfance, je crois que j’aurais fait n’importe quoi pour pouvoir me fondre dans les murs, devenir transparente, plutôt que d’entendre mon prénom surgir de la bouche du prof ou devenir le centre de l’attention de qui que ce soit, surtout en groupe!

Là j’en rigole mais, c’est mon petit boulet à moi, ma croix, ce truc qui m’a tellement pesé durant mes jeunes années, et qui vient encore de temps en temps me faire quelques croche-pieds.

Je suis timide mais je me soigne. J’ai travaillé dans l’hôtellerie, j’ai monté des ateliers relooking pour le public, j’ai fait des démonstrations devant des groupes, comme un pied de nez à mes peurs, comme pour m’obliger à aller au devant des autres. Je suis du genre « kick in the ass », j’aime bien me faire violence, me challenger. Plus j’avance et mieux ça va, mais suis toujours surprise que « ça » subsiste au fond de moi.

« ça » comme une bête prête à surgir. Il y a dès fois où pendant que t’es en pleine conversation, tu sens cette chaleur surgir des bas fonds, remonter à la surface pour venir exploser sur ton visage comme si tu venais de dire la plus grosse bêtise du siècle, alors que c’est juste un truc qui se passe dans ton cerveau, et fait qu’à un instant donné, ta confiance en toi se fissure et tu perds tous tes moyens.

Et là t’as juste envie de t’enfoncer dans le sol, parce que tu sens bien que tu viens de te transformer en phare, et que vu la tête des gens en face de toi, tu es entrain d’envoyer des signaux d’alerte à la terre entière, comme si tu te noyais en pleine mer. En vieillissant j’ai compris que dans mon système, il y avaient des facteurs aggravants, genre un petit verre de vin. Juste une gorgée et ça peut virer à la catastrophe et si tu ajoutes à cela un peu de fatigue, tu obtiens un mélange détonant. C’est parfois tellement puissant, que même moi je me fais surprendre par la violence de l’explosion!

En plus, il faut dire que j’ai un mari hors pair! Vous savez celui qu’on prie intérieurement de venir vous sauver de l’embarras, de détourner l’attention de votre face écarlate et qui s’exclame devant tout le monde « Oh bah T’es toute rouge! », alors là t’as les bras qui t’en tombent de si peu de soutien et tu te fais un remake de « seul au monde » à devoir lutter contre tes démons intérieurs.

Disons que je suis une émotive-réactive, on lit en moi comme dans un livre ouvert. Quand je suis émue ou en colère, le feu me monte aux joues. Et si je prends un verre d’alcool un peu fort, j’ai des plaques qui surgissent au niveau du cou. Bref je peux pas boire tranquille ;). Comme quoi l’alcool chez certains c’est désinhibant et chez d’autres, c’est anxiogène. Je suis là, tapie dans mon côté obscur, à surveiller avec appréhension quand l’alcool va jouer son rôle révélateur de mes faiblesses.

Je ne sais pas exactement de quoi il en retourne sur le plan mécanique, mais au niveau psychique, c’est comme si j’avais un petit diable assis sur l’épaule, qui venait soudain me rappeler que les autres ont forcément plus de valeur et que fatalement je deviens quantité négligeable…donc enfonce toi donc sous terre ma fille!

Tiens, je viens de mettre un nom sur mon petit diable…il s’appelle EGO

Extrait de « Et tu trouveras le trésor qui dort en toi » L.Gounelle

Etrangement nous sommes au pays où l’on glorifie la confiance en soi. Ici on apprend aux enfants à s’exprimer devant leurs semblables dès le plus jeune âge. Les américains sont des show men, ils font preuve d’une aisance à toute épreuve pour parler en public, parce qu’on met en avant leurs capacités dès leur plus tendre enfance. Durant la scolarité on les tire vers le haut, on valorise ce pour quoi ils sont compétents ….plutôt que de mettre le doigt sur leurs faiblesses.

Avoir confiance en soi, c’est partir avec une longueur d’avance. Je ne dis pas que le système éducatif américain est idéal mais il t’aide à te tenir bien droit.

Qu’à cela ne tienne, je vais continuer de grandir, je vais oser être qui je suis pleinement, rabattre le caquet à l’égo, le rose aux joues parfois (mon mari trouve cela si charmant!), bref 100% humaine ….

Si vous êtes une Pink Lady, faites moi plaisir, partagez votre Pink power…laissez moi un Pink message ♥

 

Vous aimez cet article ? Alors recommandez le :


Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?
1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles   (Il n'y a pas encore de vote)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *