Étiquette : gourmandise

Dessert coco mangue

Dessert coco mangue

« Le JB’s »

un peu d’exotisme pour les fêtes

J’ai un problème, depuis que j’ai mis une cuillère de ce dessert dans ma bouche, mon corps le réclame…suis carrément fan. Il est d’une simplicité extrême, délicieux à souhait, à peine sucré, invite l’exotisme à table, aussi bon en hiver qu’en été, bref je crois bien que c’est mon préféré!

Ingrédients:

Lait de coco 250ml

1 mangue bien mûre

Des graines de chia

Sirop d’agave ou miel ou sucre complet

Dans un bol, verser la brique de lait de coco puis mélanger une bonne cuillère à soupe de graines de chia, voire deux. Laisser reposer au frais dans le réfrigérateur pendant 12heures. Ensuite peler votre mangue et couper la en petits morceaux que vous venez mélanger au lait, ajouter une rasade de sirop d’agave. Servez dans des ramequins bien présentés, voilà c’est prêt! Easy 😉

Régalez vous, bande de voyous (pour la rime!) ♥

ps: merci JB!

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

La Dame aux confitures

La Dame aux confitures

Les Confitures d’Isabel Rose

#crêpe#lignée#transmission#plantes#douceur#marché

Parce qu’on a tous en nous, ce je ne sais quoi dont on doute beaucoup, ce qui fait notre unicité, ce qui nous invite à nous dévoiler et c’est chemin faisant qu’on se révèle tel un diamant, malgré les blessures et les ecchymoses, il nait parfois au fond de nous des jardins de roses.

Tomber dans les confitures par hasard et puis en faire une belle histoire, celle d’Isabel Rose, une femme en quête de sens, qui porte autant de poésie dans son prénom que de douceur dans son regard, discrète et créative, avec un profond besoin de partage, la dame met dans ses crêpes et ses confitures, bien plus que du sucre, c’est sûr, elle y saupoudre aussi beaucoup d’amour, alors on va la voir pour avoir du stock toujours parce que sans Isabel Rose, il nous manquera notre dose…

Elevée par une maman qui ratait les confitures admirablement, autant dire que la voie n’était pas toute tracée et que le destin s’en est mêlé. Elle a mis le pied à l’étrier des marchés aux côtés de ses parents qui avaient une rôtisserie de poulets, une activité peu passionnée pour cette jeune fille qui rêve de créativité. Elle poursuivra ce chemin bien peu satisfaisant, bien peu épanouissant auprès de celui qui sera son mari, et pour pimenter ses journées, Isabelle décide de se mettre à vendre quelques cakes « fait maison » salés, sa façon de prendre en main sa destinée. C’est alors qu’un jour sur le stand d’à côté elle voit des pots de confiture de Melon d’Espagne que les clients s’arrachent tant ils en sont sous le charme. Puis arrive le temps où la petite Dame décide d’arrêter et demande à Isabelle de continuer à distribuer ses pots pour satisfaire les clients accros.

C’est alors qu’Isabelle se souvient que lorsqu’elle était plus jeune, sa grand mère lui avait donnée un pot de confiture de Melon d’Espagne. Si peu habituée au bon goût de celles de sa mère, elle hésite à le jeter puis finalement le met de côté. Ce n’est que quelques mois plus tard, en ouvrant ses placards, qu’elle tombe nez à nez avec ce pot miraculé et décide de le déguster. Elle découvre alors la merveilleuse saveur de cette divine douceur.

Il ne lui en fallait pas plus pour appeler sa grand-mère, pour qu’elle lui dévoile le secret de cette recette que tout le monde vénère, et de maintes tentatives, en coups de fil désespérés à sa mamy préférée, entre larmes et bassines qui finissaient par valdinguer, elle a fini par y arriver et le succès fût assuré.

« Je vois dans le regard des gens de l’admiration, comme si j’avais un diplôme en confiture, mais j’apprends en faisant, j’apprends tout le temps…toute seule ». Désormais Isabel Rose sait écouter la confiture, au bruit des bulles qui crépitent et au jugé de la couleur, elle peut deviner la juste cuisson et c’est une grande satisfaction.

C’était sans compter que la vie allait s’en mêler, désormais seule, il lui faut trouver un boulot pour remplir le frigo. C’était il y a dix ans, c’est alors qu’Isabel Rose est née, la marque fût déposée. Ce travail alimentaire finira lentement par la satisfaire, par les liens créés et les sourires partagés.

-« Et Pourquoi Isabel Rose? » dis-je

-« Rose parce que j’aimais la couleur, le parfum, ma grand-mère aimait les roses et mon arrière grand-mère s’appelait Athénais Marie Rose et il fallait que je porte ces femmes. »

Les crêpes sont arrivées plus tard, elles sont arrivées pour s’occuper, pour remplir le temps et elles ont amené des tribus d’enfants, et c’est un bonheur de chaque instant. Comme chaque année, de retrouver les mêmes vacanciers, et d’être dans l’accueil, comme quelqu’un qui vous attendrait chaleureusement sur le seuil, comme un point de repère que l’on cherche le coeur battant en espérant qu’une crêpe nous attend. Et puis derrière les crêpes, il y a toute la symbolique de la chandeleur, cette fête païenne qui a fait de la crêpe un soleil,  » je donne du soleil aux gens »…et croyez moi Isabel Rose vous en donnez par tous les temps.

Donc si par bonheur vous « pratiquez » le marché de Léognan du Samedi matin….vous avez certainement déjà croisé Isabel-Rose, mais si! vous savez bien, le stand où il y a toujours quelques enfants qui attendent leur crêpe amoureusement. Si jamais vous avez raté le rendez-vous, retrouvez Isabel Rose à La Teste le Jeudi & le Dimanche et à Biscarosse le vendredi, où vous retrouverez ses créas du moment, gelée d’arbouse, de pomme et autres mélanges succulents. Ce n’est pas l’imagination qui manque, sirops, noix, infusion de plantes, tout est bon pour apporter un peu d’originalité dans nos vies si accrochées aux basiques fraise, prune, abricot, mais quoi qu’il en soit de chez Isabel Rose, vous en repartirez toujours avec un pot.

La confiture ça dégouline généreusement par tous les trous de la tartine, alors si vous voulez vous délecter de ces saveurs tendrement préparées, n’oubliez pas de vous arrêter chez Isabel Rose, vous serez heureux d’y faire une pause, vous ne pourrez pas vous tromper sur l’étiquette est une petite fée, Isabelle je crois qu’il est l’heure de vous remercier de nous régaler ♥

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

Madeleine de Proust

Madeleine de Proust

Vous allez vous dire mais qu’est ce qu’elle nous parle de Madeleine le jour de la Chandeleur?

Ma Madeleine de Proust EST le jour de la chandeleur! Que voulez vous ça me ramène en enfance, dans les jupes de ma grand-mère, Suzanne. Mamie qui nous faisait des tas piles tonnes de crêpes. Il faisait bon dans la cuisine, ça turbinait sur le gaz autant vous dire que les poêles n’avaient pas le temps de refroidir! Dans la pièce, cuisine formica crème, il fleurait bon une douce odeur sucrée, et on attendait sagement à table de se goinfrer, le nez collé sur le pot de sucre en poudre, la cuillère prête à plonger dans la célèbre confiture de Papy Robert. Vous savez celle préparée avec attention, dont on a surveillé la cuisson, qu’on a délicatement touillé, sucrée mais pas trop, dans laquelle on a laissé des gros morceaux dedans et qu’une fois sous la dent vous laisse dans la bouche comme  un goût de fruit ensoleillé que tu ne peux qu’en demander …encore et encore.

Bon la chandeleur, c’était de la rigolade, la petite mise en jambe parce qu’après on avait Mardi gras! Et c’était reparti pour un tour, les bottereaux, les pets de nonne, le pain perdu et je t’en remets une couche de crêpes si ça te fait plaisir (purée j’en salive rien que de l’écrire!!!). Tous élevés au beurre qu’on a été, elle savait la Suzanne, qu’on allait tous se rabattre comme des mouches, enfants, petits enfants, brus, et j’en passe pour avoir notre part. ça ne se loupe pas ces moments là, ça rassemble, ça vous met du baume au coeur pour toutes les années à venir, tu gardes ce bonheur en toi comme une pépite et c’est là où tu replonges quand t’as besoin de douceur dans ce monde parfois un peu brutasse.

Alors aujourd’hui j’ai fait mes crêpes, même à l’autre bout de la planète, par tradition, par gourmandise et par amour aussi, pour mes petites mouches et pour tous ceux qui sont loin, comme pour maintenir ce lien entre nous, pour que le passé reste bien présent avec tout ce qu’il a de meilleur à partager.

Merci Bob and Suz…we love you !

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?