Étiquette : resilience

Au-delà des déchirures

Au-delà des déchirures

La Transmutation

A l’âge de 5ans, j’ai eu la grande fierté (oui, oui!) de vivre ma première hospitalisation, pour quelque chose que je qualifierais d’anodin : L’appendicite. Sauf que j’ai choisi un moment très particulier, histoire de bien enquiquiner le monde : Un jour de grève des médecins….ça c’est tout moi!

Bref, pour en venir au fait, après avoir été opérée et avoir pu fièrement arborer mes magnifiques agrafes à qui voulait bien regarder ma blessure de guerre, je me suis retrouvée à partager ma chambre avec une jeune demoiselle de 3ans mon ainée :  Stella…ma première étoile.

Et Stella aujourd’hui avec 40ans de recul me donne une magnifique leçon.

Ma chère et jeune compagne de chambre, du haut de ses 8 ans avait eu le malheur de se voir les jambes ébouillantées au 3ème degré, par une vulgaire cocotte minute laissée sans attention. Son lit était serti de cerceaux, non pas pour jouer à la princesse mais pour empêcher les draps de toucher ne serait ce qu’un grain de sa tendre peau d’enfant. Je vous plante le décor : Elle, en mode torturée par la douleur, mais rayonnante de douceur et moi, déjà grande amoureuse de Dame Nature, passionnée par ma grande copine du moment, faire des puzzles de Maya L’Abeille.

Concernant Stella, le grand rituel du matin consistait pour les infirmières à venir avec des pinces à épiler, lui ôter les peaux mortes et brulées. Ce qui avait pour résultat instantané de lui arracher des cris de douleur et des larmes dont j’étais l’impuissante spectatrice. Quand je repense aujourd’hui à ces instants, je peux encore ressentir sa souffrance et voir la détresse qui naissait dans son regard les minutes qui précédaient la torture.

Où veut elle en venir allez vous me dire?

Cette parenthèse aussi cruelle fut-t-elle, est à mon sens l’histoire de notre vie.

De la naissance à la mort, nous traversons des épreuves, certaines plus profondément douloureuses que d’autres. Ce que nous demande la vie, c’est d’enlever une à une, à la pince à épiler tous ces lambeaux de peau morte, tous ces deuils d’amour, ces blessures d’abandon, de trahison, de rejet, d’injustice, d’humiliation : Toutes ces déchirures. Vous seul savez comment ce process peut être long, troublant et déchirant.

Mais sous ces couches de derme mort, où nous avons laissé un peu de nos illusions, perdu parfois semble-t-il comme une part de notre âme, de notre foi en l’existence, se cache un fabuleux trésor : Une peau neuve qu’il nous faudra apprendre à aimer avec toutes ses cicatrices, visibles ou invisibles. De ne pas laisser l’amertume, les peurs, la tristesse ou la colère nous envahir, parce que la vie par ces épreuves est juste venue nous dire : « Regarde au delà des déchirures, transmute cette épreuve, change le plomb en or et fait de ton coeur un diamant pur. »

Stella où que tu sois, mon coeur pense encore à toi et je te remercie pour cette belle leçon de vie que j’intègre aujourd’hui. Je n’avais que 5ans, il m’aura fallu du temps, mais la vie était déjà bien décidée …à m’éclairer.

N’oubliez pas de toujours suivre votre étoile.♥

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

Les blessures

Les blessures

« La blessure est l’endroit par lequel la lumière entre en vous. » Rumi

Il en est des blessures, de la naissance jusqu’à ce que la vie ne nous donne plus de chance.

Il en est des opportunités de transmuter.

Il en est des occasions de changer une fois pour de bon.

Aucune d’elles n’est dérisoire, chacune d’entre elles existe pour nous faire valoir.

Elles marquent en nos veines, les douleurs, les déchirures, et c’est par ces failles que la lumière jaillit comme déposant de l’or sur les grandes cassures.

C’est de l’art japonais kintsugi, rendre belles les blessures de la vie.

Rien n’advient par hasard, tout est le fruit d’un silencieux tressage, souterrains sont les présages.

Il en est des fêlures, de celles d’être trop ou pas assez aimé, de celles d’avoir perdu, de celles d’avoir quitté, de celles d’avoir cherché sans avoir pu trouver, de celles d’être déchu, de celles d’avoir trop voulu, de celles de n’avoir pu pardonner, de celles de n’avoir su aimer.

La vie n’est qu’un voyage, elle sème des cailloux blancs sur son passage, à nous de les ramasser ou de faire le choix de les ignorer. A nous de tirer les leçons, d’aller chercher la vérité cachée bien au fond. A nous de descendre dans les profondeurs, en respirant au rythme des battements de nos coeurs. Et palier par palier, trouver du sens pour se soigner de toutes les souffrances. Cher Samouraï, que toutes ces profondes entailles ne soient pas vaines batailles, toutes ces griffures, ces éraflures rencontrées au passage, pour faire de nous des êtres infiniment plus sages.

Qu’à l’aube de ce nouveau jour,

nous regardions nos fêlures avec amour ♥

photo à la une: Kannon, Déesse de la compassion « celle qui entend les cris du monde » – Hasedera Temple – Japon

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

Renaître de ses cendres

Renaître de ses cendres

Le principe de Résurrection

 

« Je suis née il y a 27ans, Un sourire à la vie, premiers pas d’un enfant

Je suis née à 20ans, de retour de longue maladie, une nouvelle vie

Je suis née aujourd’hui, Après la mort d’un amour, je tends les bras vers l’infini,

Je ne suis pourtant pas chat, et je suis née déjà 3 fois, l’avenir est devant, Roi, et je me demande ce qu’il attend de moi »

02.2002

Combien de fois êtes vous déjà mort dans votre vie? Combien de fois vous a t il fallu renaitre de vos cendres tel le phoenix, tel le chamane, tel le christ, tel le chat…?

A l’adolescence on meurt à l’enfance en devenant femme en accueillant nos lunes.

Puis on meurt à des amours sincères qui ne résistent pas au temps, ni à la routine, l’enfer.

C’est alors qu’on devient mère et on laisse une partie de nous mourir pour devenir cette femme nouvelle, centre du monde.

On s’éteint à petit feu dans un métier avec lequel nous ne sommes plus en phase, on perd la passion, l’envie, la joie, l’enthousiasme puis on trouve le courage de tout envoyer valdinguer pour mieux nous retrouver, nous voilà ressuscités.

Parfois la maladie pointe le bout de son nez, on lutte, on tient tête, on tombe par ko et on se relève plus puissant qu’avant.

La vie nous prend des êtres chers, et la flamme en nous vacille, jusqu’à sembler s’éteindre et pourtant, chemin faisant, elle trouve la force de se nourrir de nos rires et de nos rêves et reprend de l’allant.

Tout cela n’est que rite de passage, la vie nous met à l’épreuve, nous éprouve et nous bouscule. Mourir pour mieux renaitre à ses désirs, à ses valeurs, renaître pour continuer à grandir et devenir meilleur. Traverser les épreuves dans la douleur à en défaillir, à se demander pourquoi, à chercher le sens, et comprendre que chaque obstacle te mène plus près du bonheur, pas après pas, sur un sentier de vérité qui mène à soi.

La vie te malmène toujours et encore pour mourir à tes croyances, tordre le cou à tes peurs et le jour où la vie aura cessé de s’en mêler, que tout en nous aura été pacifié, que nous aurons enfin touché du doigt l’Unité, accueilli le grand tout, le clair et l’obscure alors se dessinera devant nous l’éternité.

Je nous souhaite patience et courage à l’infini ♥

 

nb: Photo à la Une -Christ en Gloire Basilique Notre Dame La Chapelle Montligeon- juillet 2018

 

 

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?