L’estime de soi

L’estime de soi

Conte d’Hiver

…parce qu’il réchauffe le coeur.

Je vais vous conter l’histoire d’une Grande Dame.

 

« Nous avons tous la même valeur, ni plus ni moins que les autres. Quand le Big Bang a eu lieu, des particules de lumière se sont dispersées dans l’univers et nous sommes une de ces particules et le divin a mis autant de lumière en vous que chez les autres, à parts égales ». H.Hui Bon Hoa

Il était une fois une Grande Dame, grande non par la taille, mais dans sa générosité d’âme et de coeur. Une Dame que la vie avait généreusement gâtée, elle voyageait à travers le monde, côtoyait le luxe, dormait dans des palais et s’habillait de soie puis un jour sa vie changea.

Sa vie changea parce qu’elle se sépara de celui qui partageait sa vie, homme pour qui l’argent ne représentait pas un souci.

Mais la Grande Dame était besogneuse et avait l’amour du travail bien fait. Elle était fort empathique, et ma foi était une femme fort énergique. Dans son métier elle excellait et donnait beaucoup plus qu’elle ne recevait, mais peu importe, son travail elle l’aimait.

C’est alors qu’un beau jour, elle rencontra l’âme soeur, celle qui fit chavirer son coeur et l’amena à un nouveau changement, vivre un déménagement, changer de pays pour commencer une nouvelle vie. La Grande Dame travailla à s’intégrer, une nouvelle langue elle se mit à parler mais malgré sa bonne volonté, on lui faisait remarquer son âge avancé et trouver un travail ne fut pas aisé.

De mal en peine, la Grande Dame choisit un emploi pour gagner sa vie, elle prit le balai et rendait belles les maisons des autres à souhait, partout où elle passait les maisons scintillaient. Mais la Grande Dame se désespérait, de travail plus valorisant elle ne trouvait, elle qui pendant tant d’années avait eu un poste à responsabilités. Quelques années plus tard arriva la fin de ce qui devenait un cauchemar, elle pouvait se reposer, l’heure de la retraite avait enfin sonné.

Alors qu’une amie était longuement hospitalisée, c’est alors qu’un don lui fut révélé : « des autres elle pouvait s’occuper ». L’amie partageait sa chambre avec un patient qui avait perdu le langage et elle se mit alors à l’ouvrage pour que de la parole il retrouve l’usage. Régulièrement elle se mit à l’entrainer et c’est ainsi que ses premiers mots il put exprimer à nouveau. Un rai de lumière, pour l’un et l’autre, dans cette estime de soi blessée, de ne pas être aux yeux des autres valorisés.

Puis elle rendit visite à une grand mère qui lui était chère, dans un centre pour âmes vieillissantes elle avait été placée et pour la Grande Dame un nouveau tournant arriva : Le retour de l’estime de soi.

Alors qu’à chaque visite, elle s’amusait auprès des vieilles dames de tester leur mémoire, la vie se révéla comme un miroir. Devant son auditoire de femmes âgées, elle avait du succès, chaque élève veillant impatiemment ces rendez-vous, et un public qui chemin faisant s’était multiplié, bien plus qu’elle ne l’aurait imaginé. La Grande Dame prit alors sa nouvelle mission à coeur et prépara des questionnaires avec bonheur, car elle maîtrisait désormais merveilleusement leur langage, et pouvait en écrire des pages. Des exercices pour les souvenirs faire ressurgir et les neurones entretenir, ce qui fit germer de merveilleux sourires de tous les côtés, l’estime de soi enfin mutuellement retrouvée.

La morale de cette histoire, est que la vie toujours vous demande de vous regarder avec amour. Si vous donnez inlassablement, la vie vous rend un cadeau beaucoup plus grand, qui prend racine dans des regards de gratitude, des sourires de bonheur et des élans du coeur.

Finalement l’estime de soi c’est bien cette perle de nacre qui brille enfermée à double tour dans nos jolies coquilles….à nous de la dénicher. ♥

A une Grande Dame

 

ps: A la Une « La naissance de Vénus » de Botticelli …je vous laisse à votre propre interprétation.

 

Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *