Je suis Bipolaire

Je suis Bipolaire

Je connais côtoie Céline depuis mon arrivée à Frisco, ce que je vois d’elle: une fille joviale, dynamique, au franc parlé. C’est à l’occasion d’une conférence de Martin Winckler sur le sujet « La relation Soignant/Patient » que j’apprends publiquement de par sa bouche que Céline est bipolaire. J’en suis forte étonnée, à me dire que je n’avais rien vu, mais à quoi pouvais-je donc m’attendre? Un hydre à deux têtes ou bien qu’elle se colle une étiquette sur le front?

Céline a 36 ans, deux enfants, mariée depuis 15 ans et me confirme n’être en rien un monstre, ni nymphomane (la joie des amalgames!). De ses mots entendus lors de cette rencontre, dont notamment « je ne veux plus avoir honte », me vient l’idée de la contacter et de faire de mon ignorance un sujet qui permettra, je l’espère, de changer nos regards pas toujours bienveillants. Martin Winckler comme trait d’union de cet aparté avec comme crédo l’expérience des uns nourrit l’expérience des autres.

Céline est une fille « normale », initialement coiffeuse, elle a également eu l’opportunité d’écrire des guides touristiques, fut event manager et a voyagé dans de nombreux pays. Originaire de Guyane, elle rencontre son mari à Toulouse. Pas très à l’aise avec la mentalité française et ses codes, n’ayant jamais vécu avec des blancs, « je ne me sens pas tellement blanche », tu m’en diras tant pour une blonde aux yeux bleus ! Elle est rassurée, souvent, de croiser des noirs dans la rue « ouf je ne suis pas toute seule ». Enceinte a 21 ans, elle a ses deux enfants à 15 mois d’intervalle, de là commence la ronde des déménagements Montréal, Miami, Allemagne, Chili, Australie (5ans), Los Angeles (1an), Finlande (1an), Qatar (1an), et Frisco depuis 1 an.

« J’ai commencé à réaliser que quelque chose n’allait pas lorsque j’étais enceinte de mon premier enfant », je ne savais pas bien ce que c’était. J’ai voulu être enceinte mais je crois que j’ai raté un stade, je suis passée de post ado à maman et je me suis sentie un peu perdue. Tout allait très vite, on s’est mariés, on a acheté une maison, une voiture, et nerveusement je ne tenais pas le coup du tout. J’étais tout le temps fatiguée et j’avais …envie de mourir alors que je venais d’être maman, je ne comprenais pas ce qui se passait. Les médecins et la sage femme qui me suivaient ont fini par mettre cela sur le compte d’une dépression post partum, mais je n’osais en parler à personne, pas même à mon mari, je me sentais coupable, j’avais l’impression d’être un monstre. Le symptôme récurant était que j’avais vraiment « envie de crever ».

La dessus je tombe enceinte du deuxième, les hormones de la grossesse mettent mystérieusement mon état en veille, puis deux mois après l’accouchement, j’ai le mal être qui revient avec une puissance décuplée. Ma chance c’était qu’à cette période nous étions à Montréal où vivait ma meilleure amie qui est médecin. Elle avait aussi une passe difficile dans sa vie, on se soutenait mutuellement. Mon mari était très pris par son travail et j’avais les enfants à temps plein, c’était difficile avec deux petits mais comme ça peut l’être pour beaucoup d’autres mamans.

La bipolarité c’est en fait une succession de hauts et de bas, mais de hauts très haut et de bas très bas, une vie en yoyo qui t’emmène vers les extrêmes. « Demain je suis la présidente de la République si je veux! » 😉 et après ça je tombe au fond du trou, je ne vaux rien et tout ce que je fais est nul. Je passe du tout ou rien dans un intervalle très mince, de peu de jours. Mon corps aussi subissait le même régime, mon poids pouvait fluctuer en fonction des crises.

J’ai les mêmes émotions que tout le monde mais en version exagérée. Le problème viendrait du cerveau qui oublie de fabriquer l’hormone qui stabilise les émotions…enfin c’est ce que j’ai lu.

L’élément déclencheur pour me faire traiter est le jour où  j’ai failli mettre mes enfants et moi même en danger…genre comme l’envie soudaine de se jeter sous un bus.

Dans un sursaut de conscience mais avec la panique de ce qui avait pu lui passer par la tête Céline appelle son amie et file à l’hôpital où on lui administre un anti dépresseur naturel, « Ne vous inquiétez pas ça va passer », comme si ce qui se tramait depuis des mois allait s’envoler comme par enchantement. Je ne comprenais pas mon mal être, j’ai une famille que j’aime, un mari plutôt pas mal, des enfants en bonne santé, aucune raison de trainer ce mal être.

A un moment, au Chili, je me suis passionnée pour la couture, je pouvais coudre des robes toute la semaine en ne dormant que 3 heures par nuit, jusqu’à ce que je réalise que quelque chose n’allait pas.

Ma première chance est d’avoir une espèce de zone tampon qui me permet de prendre une certaine distance par rapport à mes comportements et d’avoir l’éclair de lucidité qui me fait comprendre que ma façon d’être est disproportionnée.

Ma seconde chance est d’avoir un mari très exigeant, qui ne m’a jamais considérée comme « malade », peut être folle mais ça il ne l’a jamais dit (;) ) du coup il ne me laisse rien passer. De fait je réfrène mes ardeurs, j’ai peur de me faire engueuler.

De médecins généralistes, en psychiatres, en psychologues, de doses d’antidépresseur décuplées pour tenter de l’anesthésier, d’ordonnances renouvelées sans précaution, de confiance égratignée en la médecine, en diagnostic de dépressive….Céline en arrive enfin au mot bipolaire (dont le diagnostique est posé généralement au bout de 5 à 6ans).

Mon état est allé crescendo de pays en pays, l’instabilité géographique participant au processus…ce que je n’ai su qu’une fois « étiquetée » bipolaire. L’Australie fut un  » festival ». Je n’arrivais parfois même plus à me lever, je ne mangeais plus, je buvais beaucoup, je mentais, je racontais n’importe quoi…ce qui a postériori était très gênant. Toutefois j’avais une espèce de « garde fou » qui me disait de ne pas tomber dans les addictions et mon refuge quand ça ne va pas, c’est le sommeil.

Je suis une maman avant tout et mes enfants m’apportent énormément, c’est aussi beaucoup pour eux que j’ai toujours voulu garder la tête hors de l’eau et ne pas me noyer dans les anti dépresseurs. J’ai fini par rencontrer une psychologue en Australie, une antillaise, qui a finit par me dire entre autre que la bipolarité c’est une maladie pas un choix. Il m’a fallu un temps pour accepter la médication quotidienne, je savais que c’était difficile pour mon mari et mes enfants, je me suis convaincue que si je ne me soignais pas, je passais du statut de victime à bourreau… pas possible pour moi. Je pense pouvoir dire que depuis on a retrouvé un équilibre.

Par ailleurs j’ai toujours été très dure avec mon ainée parce que j’ai toujours eu peur qu’elle devienne comme moi. Je m’en voulais aussi de n’avoir pas été parfaite à son arrivée et d’avoir parfois pensé que si elle n’était pas venue au monde j’aurais évité cette grosse crise dont je n’arrivais pas à émerger.  Alors je me suis mise à lui dire souvent que je n’étais pas toujours celle que je voudrais. Dès 4 ans elle disait à son petit frère « Chut! Maman elle a mal à la tête » parce que  je ne supporte pas le bruit quand je suis en crise. Quant à mon fils, il est très câlin et il voit quand ça ne va pas, et dans ces cas là il me fait parler. D’ailleurs je leur ai toujours parlé de ce qui se passait, je ne voulais pas qu’ils se sentent responsables.

Encore aujourd’hui, quand ça ne va pas, je m’isole, j’arrête de répondre au téléphone, je me réfugie dans le sommeil, je lance des signaux, je préviens, je conseille de prendre de la distance…dire c’est le meilleur moyen. C’est sain qu’on puisse en parler simplement, voire en plaisanter. Parce que ma crainte c’est que « ça » arrive à mes enfants, sachant qu’il y a un terrain familial et je me dis que le fait d’en parler, je le fais aussi pour eux pour que si demain « ça » leur arrive, ils ne se pensent pas fous ou n’en fassent pas un tabou, ils perdraient moins de temps que moi et pourront sans doute continuer à avancer.

Un jour j’ai fini par tomber sur un article sur internet parlant de la Bipolarité (ex maniaco dépression) et c’était tellement « ça », par contre mon mari n’adhérait pas du tout, parce que je savais noyer le poisson et mettre des barrières entre les autres et ma bipolarité. Alors que je croyais être folle depuis 10 ans, je mets enfin un nom sur ce que je vis. Sachant que ça se soigne, c’est plutôt porteur d’espoir. Par contre je déconseille à tout le monde d’aller lire les forums sur le net, on y voit de tout, surtout le pire et de quoi vous enfoncer dans le désespoir. A savoir qu’il y a différentes Bipolarités, il existe 3 niveaux. De ce constat on a changé mon traitement et mes oscillations d’humeur se sont faites moins importantes avec moins d’amplitude. Désormais je n’ai plus à faire à des antidépresseurs mais à un régulateur d’humeur.

Des bipolaires j’en connais d’autres et y en a de plus en plus qui sortent du placard, et tout déséquilibre (de couple, familial, professionnel, problème financier ou autre)  est potentiellement un facteur aggravant.

Ce matin avant de partir alors que je regardais un documentaire sur la bipolarité qui faisait part de la souffrance possible des enfants, je me retourne vers les miens et je leur demande « Vous en souffrez que maman soit bipolaire? » « Heu non c’est comme si t’avais tes règles tout le temps! » « t’es une maman comme toutes les autres, t’es même plutôt cool! »…et là je me dis que j’ai rien raté 🙂

« au bout du compte, je relativise, je m’en tire plutôt bien. »

Merci Céline de ta confiance, de ton regard franc, de ta simplicité à dire avec humour.

Bonne route♥

Toujours dans l’échange, si vous souhaitez commenter, partager vos expériences ou poser des questions, vous êtes toujours les bienvenus.

Sur les conseils de Céline: lebipolaire.com & une intervention de Michel Bourin spécialiste du sujet

Vous aimez cet article ? Alors recommandez le :


Combien d'étoiles donnez-vous à cet article ?
1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 out of 5)
Loading...

2 réactions au sujet de « Je suis Bipolaire »

  1. Beau témoignage, éclairant et stimulant. Il devrait être lu par toutes les personnes qui souffrent, pour les encourager, et toutes les personnes qui ont des idées reçues et des préjugés sur la bipolarité. Merci d’avoir donné la parole à Céline, Maud !
    Martin Winckler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *